L’Atelier noir, Annie Ernaux – morceaux choisis 4

« Marthe Robert dit de Flaubert, à propos de L’Education sentimentale : « Le texte de Flaubert est aussi exempt de discordances et d’à-coups que la vie fictive de ses héros en est remplie. » Les romanciers modernes prennent le parti contraire : discordances de la fiction/texte discontinu. Chez Flaubert, plus la fiction est discontinue, plus son texte est soumis aux règles de l’ordre et de l’unité : « C’est en cela que réside sa vraie modernité. »

Proust a changé les noms de lieux, des peintres, etc… Pourquoi ? Absolument insupportable. »

6 réflexions sur “L’Atelier noir, Annie Ernaux – morceaux choisis 4

  1. granmocassin

    Annie, les fauteuils jaunes, l’abat-jour assorti en attrape-poussière, la bibliothèque en bois vernis, foncé, les rideaux blancs en mode jupe plissée, bref la déco miterrandienne, ça aussi c’est proprement insupportable.
    Y a un moment aussi où il faut balayer devant sa porte.

    J’aime

    1. Le mythe de l’écrivaine bourgeoise (cf Barthes sur Gide). Eh oui ! Elle vient d’une famille de petits commerçants incultes et pauvres, alors en accédant à la classe moyenne intellectuelle, elle a réalisé une sorte de rêve… Même si elle a voulu ne pas trahir sa classe sociale d’origine, la plupart des photos d’elle sur le net nous la montre dans son appartement bourgeois, avec ce mobilier tellement marqué.

      Aimé par 1 personne

      1. granmocassin

        C’était histoire de défendre Proust. Plus je prends de l’âge, plus il m’est sympathique le Marcel. En matière de déco, il devait avoir un certain chic. La chambre 414 du Grand Hôtel de Cabourg, ça a une autre gueule.

        J’aime

          1. granmocassin

            Céline, ils nous gonflent avec leur manuscrit retrouvé. Je vais finir par leur dire que c’est bibi qui l’a écrit.
            Je suis plutôt Tintin contre Astérix, j’aurais sans doute préféré les Stones si j’avais été de leur époque, par pur esprit de non conformisme (et parce que c’est bon aussi!), mais à réécouter les Beatles, c’est juste génial, ils ont tout tenté. La carrière solo de ce bon George et son approche spirituelle (que l’on retrouve chez John Lennon notamment) me les rendent incontournables. Quant à Proust, c’est toujours mieux que Céline, enfoiré d’antisémite.

            J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s