L’Anomalie, à l’aune du Comment écrire aujourd’hui ? de Laurent Dubreuil

Chapitre Comment se dispenser des phrases de rien : « Maintenant, je dois dire que, sincèrement, je ne parviens pas à me représenter comment un écrivain en arrive à nous donner de telles phrases. » Citation de Laurent Dubreuil, que je reprends à mon compte en lisant ça, dans L’anomalie d’Hervé Le Tellier : 

« Tuer quelqu’un, ça compte pour rien. » (incipit – ça commence mal)

« Le président américain reste bouche ouverte, présentant une forte ressemblance avec un gros mérou à perruque blonde. » (page 162 : on sourit en pensant à Trump, puis on se dit bien vite que la comparaison est faible et même pire)

Quand je lis, ici ou là, que L’Anomalie est un roman magnifiquement écrit, j’avoue que les bras m’en tombent.

6 réflexions sur “L’Anomalie, à l’aune du Comment écrire aujourd’hui ? de Laurent Dubreuil

    1. Ce n’est pas que c’est mal écrit, c’est juste que les facilités sont légion. C’est pas tenu, ça se relâche souvent. Et puis ça sent le bouquin écrit pour plaire au plus grand nombre, donc clins d’œil au lecteur pas trop exigent, bref ça louche vers les têtes de gondole de la Fnaque et de Kultura… Pour le coup, c’est réussi, il va en vendre 600 000.

      Aimé par 1 personne

      1. granmocassin

        Maman

        (…) Je sais que tu as travaillé dur toute ta vie notamment pour me payer l’école que tu as fait
        énormément de sacrifices pour me permettre d’avoir une bonne éducation ce qui est je crois le cas. Peut-être penses-tu que c’est du gâchis d’en arriver là à l’usine.
        Franchement je ne crois pas bien au contraire
        Ce que tu ne sais sans doute pas c’est que c’est grâce à ces études que je tiens le coup et que j’écris.
        Sois-en remerciée du fond du cœur
        Alors pour le reste on a traversé des périodes bien plus difficiles on a toujours tenu vaillamment on est parfois tombés de haut mais nous nous sommes toujours relevés
        Ce n’est qu’une étape
        Elle est là
        Il faut la vivre avec détermination et courage
        Et je préfère que tu saches mon quotidien plutôt que tu sois dans l’imagination de la douleur.

        extrait – A la ligne. Feuillets d’usine.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s